Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Vie de la paroisse

Portes ouvertes à Emmaüs Fontaine ND

Portes ouvertes à Emmaüs de Fontaine Notre Dame

Ce week-end dernier, plusieurs centaines de personnes se sont rendues aux Portes Ouvertes de la Communauté Emmaüs de Fontaine Notre dame, accueillis par David Pennequin, responsable de la communauté, le président Fernand Salomé et l’abbé Robert Meignotte, mais aussi par les Compagnons et les nombreux bénévoles amis de la Communauté.

Pendant ces 2 journées, des familles entières se sont pressées dans les hangars de vente pour se procurer de la vaisselle, des vêtements neufs, du linge de maison, des appareils ménagers, des meubles, des bibelots… à des prix vraiment très réduits.

Ambiance de fête, ce fut l’occasion pour de nombreux paroissiens de Ste Claire de découvrir un des lieux de mission de l’abbé Robert auprès des Compagnons d’Emmaüs, mais aussi pour tous, de découvrir les gros travaux effectués au sein de la communauté. Après les hangars de vente complètement neufs, une cuisine de collectivité ultra moderne, une laverie vaisselle, une lingerie également très sophistiquées, voici la mise en chantier des logements pour les 45 compagnons (chambre individuelle avec douche et sanitaire, équipements aux normes de sécurité actuelles.

Les 2500 à 3000 visiteurs de ce week-end ont accompli un acte de solidarité par leur visite, et ont soutenu par leurs achats les investissements engagés pour de meilleures conditions de logement, l’amélioration du cadre de vie, et la possibilité de bien vivre ensemble à la Communauté comme le souhaitait l’Abbé Pierre… « Servir en premier le plus souffrant » disait-il.

Notre mon, Emmaüs, est celui d’une localité de Palestine où des désespérés retrouvèrent l’espérance. Ce nom évoque pour tous, croyants ou non-croyants, notre commune conviction que seul l’amour peut nous lier et nous faire avancer ensemble. Le Mouvement Emmaüs est né en novembre 1949 par la rencontre d’hommes ayant pris conscience de leurs situations privilégiées et de leurs responsabilités sociales devant l’injustice, et d’hommes qui ne possédaient plus de raison de vivre. Les uns et les autres décidant d’unir leur volonté et leurs actes pour s’entraider et secourir ceux qui souffrent, dans la conviction que c’est en devenant sauveur des autres que l’on se sauve soi-même. Pour ce faire se sont constituées des communautés qui travaillent pour vivre et donner.

Article publié par GUY DRUART • Publié Jeudi 17 mars 2011 • 3465 visites

Haut de page